Nos actions

L’école St-Jean-Bosco

Les sœurs du Bon Pasteur ont été les premières à s’installer à Corail. Elles s’occuperont de la direction et du financement de l’école jusqu’en 1989, année où elles quitteront définitivement Corail faute de relève. Elles demanderont à l’Ordre franciscain séculier de prendre en charge leurs activités, puisque les missionnaires sont déjà impliqués avec les oeuvres des soeurs du Bon Pasteur depuis plus de 7 ans.

En 1998, un terrain est donné à la mission en vue d’y construire un deuxième bâtiment pour accueillir plus d’enfants. Le nombre d’élèves passe alors de 350 à 600.

Le tremblement de terre de janvier 2010 a eu comme impact une demande pour ajouter plus de 100 élèves à notre école. Malheureusement nous avons dû refuser plusieurs enfants faute de locaux disponibles. Plusieurs de nos Classes ont déjà de 50-55 élèves pour un professeur.

À ce jour, l’école St-Jean-Bosco compte près de 650 enfants, de la maternelle à la 6e année, divisés en deux pavillons. Le directeur, les 25 professeurs, le bibliothécaire et l’homme de maintenance sont tous haïtiens.

Après plusieurs démarches auprès du ministère de l’ éducation, l’école est nationalisée en 2014. Les professeurs sont dorénavant sous la responsabilité de l’état. La mission continue de  participer au financement du matériel didactiques et des salaires des professeurs sous forme d’avance de salaires s’il y a un retard dans le paiement par le gouvernement. Une légère contribution est demandée aux parents afin de les responsabiliser en regard de l’éducation de leurs enfants.

Le dispensaire

C’est en 1977 que le dispensaire ouvre ses portes avec les soeurs du Bon Pasteur. Pour faciliter l’ouverture d’un hôpital dans la région en 1989, le dispensaire fermera brièvement. Des difficultés à trouver des médecins et à s’approvisionner en équipements médicaux compliqueront son implantation. Pour pallier au manque de soin, le dispensaire ouvre à nouveau.

En 1997, à la suite du départ de la sœur responsable, le dispensaire Ste-Claire d’Assise doit fermer à nouveau. Malgré la présence de l’hôpital, les ressources sont si peu suffisantes pour la population de Corail et des alentours que les gens font des demandes toujours plus nombreuses et pressantes pour la réouverture du dispensaire. Grâce à l’appui de l’évêque et du ministère de la santé qui ont été très sensibles à la détresse de la population et l’arrivée d’une religieuse québécoise, le dispensaire reçoit à nouveau des patients en novembre 2005.

En juin 2014, les soeurs de la communauté Santa Catalina du Brésil, prennent la relève. Secondées par des aides-infirmières haïtiennes, elles accomplissent un travail exceptionnel.  En plus des tâches courantes au dispensaire elles jouent un rôle indispensable de formatrice et d’animatrice communautaire auprès de la population mais particulièrement auprès de tous les groupes d’âge de femmes.  Elles animent des ateliers de parole qui leur permettent de s’exprimer et de partager leur expérience.  Elles parcourent avec leur clinique mobile les communautés avoisinantes de Corail.  À leur demande, un dentiste se rend à Corail une fois par mois.

La coopérative d’habitation

Afin de sortir les familles les plus démunies de conditions de vie très précaires et pour leur fournir un milieu de vie plus salubre, une coopérative d’habitation de 48 logements est construite en 1996. Elle est nommée Cité Bédard en l’honneur du fondateur de Mission Corail, le père Guy Bédard.  En 2003, le nombre de logements est augmenté à 72. Les habitants de Corail ont été nombreux à participer à la construction de la coopérative, un des plus importants projets de construction de Mission Corail Haïti.

Visant principalement à améliorer la situation des femmes, celles-ci sont signataires du bail. Un conseil d’administration composé d’hommes et de femmes est responsable de la collecte des loyers, des réparations et de la gestion de la petite caisse.